dimanche 4 décembre 2016

Saint Colomban



Vie de notre père parmi les saints
Colomban
Higoumène de Luxeuil et de Bobbio
( 615 A.D.)
Fête le 21 novembre/ 4 décembre
Né en 543 en Irlande, dans le Leinster, il entra vers 20 ans au fameux monastère de Bangor, sous la conduite de l’higoumène saint Comgall. Il partit de la verte Irlande vers 580, en compagnie de saint Gall et, entre Meuse et Rhin et jusques en Germanie, il sema les abbayes et les communautés, et laissa des disciples en divers lieux pour évangéliser les régions qui étaient encore dans les ténèbres du paganisme. 
Il dota ses communautés d’une règle très austère (la Regula Monachorum, la seule des anciennes règles irlandaises que nous possédions encore), qui mena beaucoup d’hommes qui la suivirent aux lisières du Paradis et à la sainteté.
 Parmi ses disciples on compte saint Faron de Meaux, saint Babolin de Saint Maur des Fossés, saint Donat de Besançon, saint Omer de Thérouanne, saint Romaric, saint Wandrille, saint Achaire, saint Amand, saint Philibert, saint Valéry, et bien d’autres ascètes et évangélisateurs qui ornent les pages de nos synaxaires orthodoxes. 
Son monastère le plus connu est sans conteste celui de Luxeuil en Franche-Comté où vinrent en quête de salut, les moines des nations franques, gauloises et burgondes ; là,  pendant plus de deux siècles, s’épanouit le plus grand centre monastique d’Occident. 
Homme de caractère, juste mais très intransigeant avec lui-même comme avec les autres, quel que soit leur rang dans la société, en 610, il dut quitter Luxeuil et la Gaule. La reine Brunehaut, à qui il reprochait sa conduite personnelle faite de vices et de crimes le chassa. 
Il pensa retourner en Irlande et, ainsi, il remonta, se rapprocha de son point de départ sur le continent, mais forcé de revenir sur ses pas, il alla d'abord à Tuggen, sur le lac de Zurich, puis près de Bregenz, sur le lac de Constance, en vue d'évangéliser les Alamans. Il traversa ensuite les Alpes et s’établit à Bobbio (Emilie-Romagne) où il érigea son dernier monastère. En l’an de Grâce 615, il y naquit paisiblement au Ciel.
Saint Colomban mérite de faire partie de la grande milice des saints de la terre d’Helvétie, d’abord par son passage béni et fructueux pour l’Eglise sur cette terre, par son évangélisation d’une partie de son territoire, et surtout par le fait que lorsqu’il partit pour l’Italie, il laissa derrière lui son disciple Gall (voir sa vie), qui fut à l’origine de la fondation de la plus grand abbaye de Suisse.


Saint Colomban, prie Dieu pour nous !
*

Ton 8

Tropaire à saint Colomban de Luxeuil, higoumène,
(Natalice en 615 A.D.)

Tu vins depuis l'Irlande jusques dans les Gaules,*
Et tu évangélisas les peuples païens.*
Tu fondas un monastère sacré à Luxeuil,*
Et dans celui de Bobbio, tu partis vers Dieu.*
Père saint Colomban, perle du monachisme.*
Prie le Seigneur d'avoir grande mercy de nous!

Claude Lopez-Ginisty





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire