lundi 29 août 2016

Saint Théodore de Martigny



Vie de notre père parmi les saints
Théodore (quelquefois appelé Théodule)
de Martigny
(IVe siècle)
Fête le 16/29 août

Théodore, le saint évêque de Martigny (autrefois Octodure) était probablement d'origine grecque. Son nom signifie «don de Dieu». Il naquit dans les premières années du quatrième siècle et fut élevé dans la foi et la piété dès son enfance. 

Dieu, en vertu de ses dons pour la vie spirituelle l'appela au sacerdoce. Il fut un exemple de foi et de rectitude. Devenu évêque du Valais vers 349, il est le premier hiérarque du Valais véritablement connu. On pense qu'il fut envoyé là par saint Protais, évêque de Milan et Métropolite du Valais. 

S'il se fixa à Martigny, c'est parce que c'était là la ville la plus importante au pied des Alpes.

Sous son épiscopat et par son influence bénéfique, les rites païens disparurent et les mœurs barbares et superstitieuses des habitants du lieu changèrent pour faire place à une vie chrétienne plus conforme à l'Evangile. 

Le saint hiérarque ne fut pas seulement évêque de Martigny, il fut aussi missionnaire, apôtre pour ce que l'on appelait alors la Petite Bourgogne, et qui comprenait la Suisse romande actuelle, et une partie des cantons de Berne et de Soleure. Ainsi que le dit un de ses biographes, rien ne l'arrêtait dans sa mission sacrée de propagation de la foi. 

On fait mention de son nom au Concile d'Aquilée en 381. Il s'agissait alors de lutter contre l'hérésie arienne. Théodore siégea aux côtés de l'illustre saint Ambroise de Milan dans cette assemblée qui exclut deux évêques ariens de l'Eglise. La chronique religieuse a conservé l'opinion personnelle du saint évêque du Valais qui affirma : « Pallade (l’un des deux évêques jugés au Concile) qui a nié que le Christ fût véritablement Dieu et coéternel à son Père, nous ne le reconnaissons plus, ni comme chrétien, ni comme prêtre. » 

Quelques années plus tard, en 393, une autre hérésie menaça l'Eglise du Christ. Un ancien moine nommé Jovinien, ayant quitté son monastère et menant une vie peu édifiante, commença à prêcher l'inutilité de l'ascèse, une fausse doctrine mariale et une morale relâchée. 
Saint Ambroise de Milan convoqua un synode auquel notre saint père Théodore assista en gardien zélé de la foi orthodoxe.

Mais le titre de gloire le plus grand de saint Théodore est d'avoir découvert les reliques des martyrs d'Agaune. Par révélation divine pour certains saints, avec l'aide de chrétiens témoins du martyre pour d'autres, saint Théodore parvint à retrouver un grand nombre de corps de la sainte légion du Christ qui subit le martyre pour la foi à Agaune. 
Après cette invention sacrée de ceux qui avaient arrosé de leur sang la terre d'Helvétie en Valais, le saint évêque fit construire une église destinée à recevoir les restes précieux de la milice chrétienne martyre.
La tradition rapporte que beaucoup d'habitants du lieu vinrent apporter une pierre pour l'érection de cette humble église des martyrs. Les ouvriers qui édifiaient la demeure sainte cessaient de travailler le dimanche, jour du Seigneur. Cependant, l'un d'eux qui était païen, vint poursuivre sur le chantier son labeur alors que les ouvriers chrétiens assistaient à l'office divin. Il fut arrêté dans son zèle par la troupe des martyrs qui lui apparut dans une grande lumière. Effrayé, il s'enfuit à toutes jambes, rejoignit à l'église les autres ouvriers et demanda sur le champ le baptême ! 
Après l'érection de cette église, les pèlerinages commencèrent venant de toutes les parties de la Gaule, et le saint évêque permit que se répande la vénération des saints soldats d'Agaune en accordant des reliques à plusieurs saints personnages de son époque. Ainsi saint Victrice de Rouen, saint Ambroise de Milan, saint Martin de Tours reçurent-ils des reliques des martyrs. Et plus tard, de nombreuses villes se placèrent sous la protection des saints martyrs du Valais et de saint Maurice en particulier, dont un bras se retrouva dans une église de Prague ! 
Saint Théodore ne se contenta pas d'abriter en un lieu saint les restes sacrés des martyrs, il contribua aussi à la connaissance de leurs vies et de leurs actes. On sait que c'est par lui que le premier évêque de Genève, saint Isaac, apprit l'histoire de la pieuse légion et la transmit ensuite à saint Eucher de Lyon.

Après une sainte vie de prière, de combat spirituel pour la foi et d'ascèse authentiquement chrétienne, le pieux hiérarque du Christ Théodore mourut et fut enseveli à Sion, vraisemblablement parce qu'il avait alors transféré son siège épiscopal dans cette ville. 



Saint Théodore, prie Dieu pour nous ! 
*
Ton 1

Tropaire à saint Théodore, 
évêque de Martigny
inventeur des reliques des saints martyrs d'Agaune,
(Nathalie au IVème siècle)


Tu fus le premier hiérarque de Martigny*
Et tu assistas au Concile d'Aquilée,*
Et à celui de Milan , avec saint Ambroise.*
C'est par toi que les reliques des saints Martyrs*
D'Agaune furent découvertes et vénérées.*
C'est toi aussi qui les fit connaître aux chrétiens.*
Saint Théodore, prie Dieu de sauver nos âmes!

*

Claude Lopez-Ginisty